GRATIEN CANDACE (1873-1953)

1936 - Front populaire et violences électorales

lundi 26 avril 2004 par Dominique Chathuant
Entrevue à la chambre, le 19 septembre 1935, avec un lieutenant du Marie-Galantais Furcie Tirolien (rad. soc.), président du Conseil Général. De même qu’on marchande le dosage politique de la composition des cabinets, Candace, entre autres propositions, veut qu’un blanc accède à la vice-présidence du Conseil général de la Guadeloupe. Il est en effet allié à certains notables blancs comme Câbre (maire de Saint-Claude) et Butel (conseiller général originaire de Trois-Rivières). D’autres Blancs-Créoles sont alliés à Tirolien. La tentative de conciliation échoue.

1935 - Candace est un des hommes incontournables des célébrations du Tricentenaire. Il prononce un discours à la Sorbonne en présence du gouvernement, causeries à la radio de la Tour Eiffel, etc.
En décembre 1935, alors que Candace fête le Tricentenaire en Guadeloupe puis en Martinique, le Grand Orient reproche à plusieurs franc-maçons de s’être abstenus lors du vote de l’amendement Dommange (28 décembre 1935), hostile à la Franc-maçonnerie. Une procédure d’exclusion est entamée contre Candace, alors membre de la loge de la Libre pensée à l’Orient de Paris. On ne sait si cette procédure est due à un déficit d’informations ou à une réelle prise de position de Candace en faveur de l’abstention mais il ne semble pas faire appel lorsque l’exclusion devient effective le 21 mars 1936.

JPEG - 775 octets

1936 - Candace se présente aux législatives sans s’affilier au Front Populaire. Une de ses partisanes est tuée à Basse-Terre pendant la campagne - Alliance de Candace et du parti négriste de Satineau (Satineau est fondateur du Parti républicain Schœlcheriste mais s’inscrit au groupe de l’Union socialiste républicaine (formation de centre-gauche participant au Front populaire) contre les radicaux-socialistes (Tirolien) et les socialistes (Valentino). La fraude est avérée : le gouverneur donne des consignes de résultats aux gendarmes. On signale des vols de poudre. Le comité de soutien de Candace (1ère circonscription) achète quatre maires de la Grande-Terre (2e circonscription) afin que les urnes donnent Satineau vainqueur contre Roland René-Boisneuf. Les résultats sont étonnants :

Communes Roland René-Boisneuf Maurice Satineau
Petit-Bourg
2
1519
Petit-Canal
3
903
Sainte-Anne
4
2024
Baie-Mahault
88
1138


A Anse-Bertrand, le maire, empêtré dans diverses affaires, est sauvé des poursuites par l’intervention de Candace qui s’assure ainsi de sa bienveillance. A Saint-François, le maire blanc-créole laisse des hommes de Candace faire évacuer la salle de vote afin d’assurer un résultat favorable au négriste Satineau.
Les socialistes d’Anse-Bertrand appellent à fuir les urnes empoisonnées du gouverneur Bouge. Ce dernier reçoit des lettres d’insultes qui l’accusent d’envoyer le voleur-banane (Candace est associé à la culture de la banane) en France (à la Chambre). Un tract enjoint Bouge de quitter la Guadeloupe. Un autre inscrit Candace et Satineau à l’ordre de l’escroquerie. Un autre encore traite Candace de traitre à sa race » .
A Sainte-Rose, les consignes du gouverneur Bouge sont défiées. Joseph Reymonenq, le maire blanc-créole, fait l’objet d’un rapport de gendarmerie au gouverneur pour s’être écrié dans la salle de vote du bourg, après sa réélection : « J’emmerde le Gouverneur, Candace et le capitaine de gendarmerie ».

A la Chambre, le groupe parlementaire de Candace est recomposé : la Gauche radicale devient en 1936, grâce à l’apport de quelques indépendants, la Gauche démocratique et radicale indépendante (GDRI), groupe de centre-droit.

1936 : à Paris, la Race nègre traite Candace de « Valet des Blancs ».

1936 - Décès de Charles Moynac ami de Candace : élection cantonale partielle du 30 août à Capesterre (Gpe) - Dans un tract de la Jeunesse républicaine-socialiste du canton de Capesterre, Siarras dénonce le candidat blanc-créole Pauvert comme un homme soumis à Candace.
A Marie-Galante, Furcie Tirolien, Ludovic Bade et Raphaël Jerpan, tous partisans de Bérenger contre Candace pour les sénatoriales, sont mélés à diverses affaires allant du faux et usage de faux à la fraude, de l’incompatibilité professionnelle aux marchés publics douteux. En septembre, des violences éclatent entre partisans de Jerpan, le maire suspendu, et les gendarmes venus installer une délégation administrative à la mairie. Les gendarmes ripostent en tuant deux personnes. Le gouverneur Bouge est relevé de ses fonctions et rappelé à Paris.

JPEG - 2.2 ko

Félix Eboué est nommé gouverneur de la Guadeloupe par le gouvernement de Front populaire.