GRATIEN CANDACE (1873-1953)

1941 - Conseiller national à Vichy

lundi 26 avril 2004 par Dominique Chathuant
1941 - Candace est nommé au Conseil national dont beaucoup de parlementaires veulent croire qu’il va permettre de renouer avec les institutions démocratiques. Candace se fait alors plus technocrate et moralisateur que traditionaliste et/ou réactionnaire. Sa position est tenable parce qu’il a été exclu de la franc-maçonnerie en mars 1936. Il n’empêche que ce Conseil national reste un parlement croupion que Pétain n’a pas pu refuser à Flandin. La réaction du maréchal lors de la nomination de parlementaires au conseil est assez éloquente : « On ne s’en débarrassera donc jamais... ».

Autre explication à la présence de Candace au Conseil national : Galandou-Diouf est parti sur le Massilia en 1940 et, du reste, meurt en 1941. Monnerville, plus jeune, prend le maquis sous le pseudonyme de Commandant Saint-Just. Candace est donc un des vieux parlementaires pouvant incarner l’empire sur lequel Vichy prétend à une légitimité. Il intervient peu dans la nouvelle assemblée.